Assurance-vie en unités de compte : suspension possible
03/07/2017

Thumbnail [16x6]

Depuis l'entrée en vigueur de la "loi Sapin 2" du 9 décembre 2016, les entreprises d'assurance ont la faculté de suspendre ou de restreindre les opérations sur ces types de contrat (rachats, arbitrages), lorsque les garanties sont constituées de parts ou d’actions d’un organisme de placement collectif (OPC) faisant lui-même l’objet d’une suspension ou d’un plafonnement temporaire de ses rachats (article L.131-4 du Code des assurances). Le texte précise les modalités d'application, à savoir la date d'effet de la mesure prise par l'entreprise d'assurance, la détermination du seuil fixé dans le cas d'une mesure de restriction et l'information qui doit être délivrée aux souscripteurs, adhérents et bénéficiaires des contrats.

Autres articles

Un site pour retrouver les comptes en déshérence

Les banques et les assurances ont l’obligation de recenser les comptes inactifs et les contrats d'assurance-vie en déshérence et de rappeler leur existence à leurs titulaires.

L'assurance-vie est toujours soumise à l'ISF

Les contrats d'assurance-vie dont le contribuable n'a pas la libre disposition parce qu'il en a fait la garantie d'un emprunt, ne sortent pas pour autant de son patrimoine taxable au titre de l'impôt sur la fortune (ISF).

Assurance-vie : les contrats des banques en question

Une étude de l'association de consommateurs CLCV dénonce l'opacité des contrats d'assurance-vie et les pratiques parfois peu équitables des sociétés d'assurance-vie.